Tract de campagne

Avec le soutien du

logo de la section SNESUP de l'URCA

Rassembler et construire pour l’URCA

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, modernisation de la fonction publique, projet de loi sur les retraites, les annonces et les menaces se multiplient, le rythme devient effréné, l’urgence est devenue méthode, la performance et la compétition sont devenus les maîtres mots d’une vision entrepreneuriale de l’université, la précarité et le « darwinisme » appliqués au monde universitaire sont les moyens assumés de l’élaboration et du développement de la connaissance. Aux antipodes des valeurs d’un service public universitaire, ignorant les nécessités du temps long pour forger les savoirs, engluée dans une course aux financements délétère et chronophage, l’université traverse une crise profonde d’identité quant à ses missions et à sa responsabilité sociétale.

Un autre avenir est possible pour l’URCA ! Pour une université durable et citoyenne, nous avons des propositions !

Vivre ensemble, vivre autrement.

Nous voulons repenser totalement la gouvernance de l’université, réinstaller la démocratie et la collégialité pour mettre en œuvre une politique de recherche et de formation intégrative de toutes les forces de l’URCA répondant aux enjeux sociétaux de demain.

Quelques propositions :

  • Responsabiliser autour d’objectifs de service et d’établissement et promouvoir un management participatif.
  • Soutenir la simplification administrative et valoriser les personnels dans leur engagement pour l’amélioration de la qualité du service public.
  • Placer les étudiants au cœur du projet de l’établissement. Acteurs mobilisés de leur projet professionnel, il s’agira de construire un sentiment d’appartenance à notre université par la mise en place d’actions concrètes visant l’accompagnement des étudiants en vue de leur réussite et d’améliorer leurs conditions d’accueil et d’étude.

Vivre respectueusement et durablement avec notre environnement.

Le vivre ensemble et la qualité de vie au travail sont des leviers essentiels pour affermir le sentiment d’appartenance à l’URCA avec pour ambition l’appropriation collective de nos lieux de vie et la déclinaison concrète d’un projet de recherche et de formation centré sur le développement durable de l’établissement. L’URCA doit devenir une référence inspirant les politiques publiques et le fonctionnement de la société.

Quelques propositions :

  • Intégrer et adapter les problématiques de transition écologique et sociétale dans l’ensemble de notre offre de formation.
  • Décloisonner la circulation de l’information et associer à la prise de décision l’ensemble des structures/services impliqués.
  • Accompagner et valoriser la conception de projets exemplaires dans les composantes. Mettre en place un appel à projets à destination des équipes pédagogiques et des étudiants avec possibilité de financements pour aller de la conception à la mise en œuvre pratique.
  • Promouvoir auprès de nos partenaires (CROUS, collectivités) et accompagner les actions favorisant une alimentation saine et les bonnes pratiques (circuits courts, menus bios, diététique).
  • Accompagner et promouvoir les modes de transport doux pour réduire notre empreinte carbone.
  • Mettre en place un schéma directeur énergie/eau et un plan d’action de l’amélioration de la performance énergétique.

Redonner du sens à l’action.

Le bilan de la mandature actuelle fait apparaître un accroissement dramatique de la souffrance au travail vécue par une partie importante des personnels qui ont perdu le sens de leur activité et ressentent un manque de reconnaissance.

Le traitement de ces questions s’inscrit dans une révision de la gouvernance qui pose le principe de la qualité de vie au travail comme source de performance et de plus-value pour l’établissement (GPEC, formation continue, dialogue, confiance, services d’appui…).

Quelques propositions :

  • Établir dès 2020 un audit exhaustif de la situation et mettre en place un dispositif de prise en charge et de prévention.
  • Détecter les besoins et les envies de formation des personnels. Dans un univers en mutation, les compétences de chacun doivent être actualisées tout au long de la carrière. La valorisation des compétences et de l’expertise de chacun est indispensable. Ceci ne doit plus être proposé sous la forme de mutations professionnelles mais par une montée en compétences par la formation professionnelle.
  • Combattre la précarité et les méthodes managériales de gestion des personnels et favoriser la stabilisation de personnels
  • Accompagner des changements dans l’organisation du travail, favoriser l’implication des personnels dans un projet d’évolution professionnelle, anticiper l’adaptation des compétences aux emplois, améliorer la gestion des carrières.

L’équité.

La question des moyens est au cœur des préoccupations de l’Université. Le sentiment d’injustice ou l’iniquité de l’allocation des moyens comme des charges de travail imposent une meilleure reconnaissance de l’investissement de chacun pour notre université. Il est possible de réaliser des économies et de les réaffecter de manière à améliorer la qualité de vie et conditions de travail de l’ensemble des usagers et personnels dans notre université.

Quelques propositions :

  • Opérer une répartition des moyens en fonction d’objectifs définis de manière conjointe dans le cadre d’un dialogue de gestion régulier et constructif.
  • Établir les priorités associées à la rénovation énergétique des bâtiments afin de réduire la facture énergétique et dans le but de réinvestir les économies réalisées dans l’amélioration de la qualité de notre offre de formation et de recherche.
  • Donner à tous les moyens matériels de travailler en favorisant la réutilisation (meubles, matériel informatique) et évitant de ponctionner des budgets dont ce n’est pas l’objet (ex : achat de mobilier avec un budget alloué à la recherche).

Défendre une recherche pluridisciplinaire.

L’URCA est riche de sa pluridisciplinarité. L’objectif pour l’URCA est de construire sur la base des complémentarités et de l’interdisciplinarité des coopérations régionales, nationales et internationales fructueuses qui nous permettent d’affirmer notre ambition et notre potentiel dans le paysage de la recherche et de l’innovation de l’échelle régionale à l’espace européen.

Quelques propositions :

  • Assurer les financements récurrents adaptés aux besoins des laboratoires pour accomplir leur mission de recherche dans l’indépendance et la liberté.
  • Garantir la reconnaissance des équipes d’accueil au travers d’une expertise constructive et objective par les pairs.
  • Élever la qualité de notre recherche et en nous appuyant sur une politique de site et un dialogue constructif constant avec les grands organismes de recherche afin de pérenniser et amplifier nos partenariats.
  • Renforcer des moyens dédiés à l’ingénierie de projets collaboratifs (au niveau national et européen).
  • Mettre en place un collège doctoral, lieu de dialogue et d’échanges, harmoniser les fonctionnements et la formation doctorale.

Rétablir une offre de formations riche.

La mandature qui s’achève a été celle de la culture de la minimisation des heures d’enseignement pour diminuer les coûts et du travail dans l’urgence.

Quelques propositions :

  • Instaurer une culture de la concertation, de l’analyse, de la réflexion et de la construction pérennes. Cela passera par la mise à disposition d’outils permettant :
    • aux équipes pédagogiques d’évaluer le contenu de leurs enseignements, leurs méthodes d’apprentissage et le devenir des étudiants.
    • aux composantes et aux conseils centraux d’objectiver les prises de décision (ouverture et fermeture de formations, augmentation des volumes horaires…).
  • Promouvoir, dans le respect de la liberté de choix pédagogiques, les nouvelles pratiques pédagogiques (pédagogie inversée, E-Learning, approche projet…). Cela s’accompagnera de la mise en place d’une réelle offre de formation professionnelle à destination des enseignant.e.s/enseignant.e.s-chercheur.e.s.
  • Développer notre offre de formation continue en mixant les populations FI/FC et en délivrant des certificats de compétences.
  • Valoriser et améliorer la visibilité de toutes nos formations et mettre en place une organisation efficiente à disposition de tous les acteurs.

Notre projet pour l’URCA affirme la volonté du recours à l’intelligence collective, la nécessité du débat démocratique au sein d’instances qui soient le lieu de réflexion et de propositions qui nourrissent l’ambition de servir l’intérêt général et de valoriser l’ensemble de nos spécificités et de nos savoir-faire.

Retrouvez sur le site rassembler-construire-urca.fr notre projet détaillé et nos propositions !