Focus thématique : L’URCA et sa politique à l’international

Focus thématique : L’URCA et sa politique à l’international

L’international est plus que jamais au cœur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Dans un monde où la mobilité des étudiants, des chercheurs et des enseignants ne cesse de croître, où la mobilité et l’activité internationale des enseignants-chercheurs ou des personnels administratifs est un véritable indicateur de la dynamique d’une université et de sa bonne santé, nous devons soutenir et encourager toutes les initiatives, en nous appuyant sur tous les talents et profiter des opportunités pour rendre notre Université attractive, visible au niveau de son territoire, de ses frontières mais également partout dans le monde où elle peut apporter une valeur ajoutée et profiter d’une collaboration gagnant gagnant.

La France s’est dotée en 2018 d’une stratégie internationale, l’Europe a mis en place les universités européennes enrichissant l’espace européen de l’éducation. Le programme Erasmus + a vu son budget considérablement augmenté. Nous sommes à l’aube du prochain programme cadre « horizon Europe » 2021 -2027. Tous ces éléments tant au niveau national qu’à l’échelle de l’Europe nous indiquent la dynamique dans laquelle nous devons nous inscrire. L’URCA a largement la capacité de participer activement à ces dynamiques en recherche et en formation et de s’y inscrire pleinement pour le bien de ses étudiants et de son personnel, mais aussi pour le développement de son territoire. Il ne tient qu’à nous, de nous donner les moyens pour le faire en mettant à contribution les nombreuses compétences présentes au sein de notre université. Ce sont les projets portés par chacun des acteurs qui permettront à notre université d’être plus attractive mais aussi reconnue. En effet, les trajectoires de chaque personnel de l’université et de chacun de nos étudiants sont autant d’atouts à exploiter et mettre au bénéfice de notre communauté pour que l’URCA soit plus présente sur la scène nationale et international en mobilisant l’ensemble de ses talents et leurs réseaux.

Proposer et agir !

Responsabiliser et faire confiance à l’ensemble des composantes en fléchant des dotations sur des projets structurants à l’international et en les co-construisant dans une démarche positive sans clientélisme en veillant à toujours remettre au centre l’intérêt des étudiants. Travailler en interne pour inciter toutes les instances de l’université à mettre en avant les sujets liés à l’international.

Sur le plan de l’ingénierie de projets, il est temps de mieux exploiter les moyens de la cellule projets internationaux pour mobiliser les collègues. Pour recréer cette dynamique, cela passe par une politique de proximité et une aide au montage de projets de recherches mais également pédagogiques avec une pleine reconnaissance de ces derniers que ce soit dans les carrières ou dans les dotations des composantes et unités de recherche. Il est important aussi d’avoir une direction des relations internationales forte et soutenue.

Relancer des partenariats stratégiques avec d’autres établissements, partenariats qui se sont éteints faute de vision, d’investissement et de reconnaissance de ce travail long que requiert la mise en place d’une stratégie internationale et de tels partenariats. Il s’agit d’encourager toutes les initiatives mais aussi de faire collégialement des choix sur celles sur lesquelles concentrer l’effort. Cela passe par une analyse fine des mobilités, des partenariats, des projets, des stratégies de nos partenaires territoriaux et transfrontaliers.

Accompagner la mise en place de doubles diplômes au bénéfice de nos étudiants, de la diversification de notre offre de formation et nos partenariats. Cela demande aussi la mobilisation des talents internes, des composantes mais aussi des réseaux et des partenaires locaux.

Encourager la mise en place de modules en langues étrangères dans les formations pour une meilleure attractivité. Notre mobilité Erasmus stagne, voire baisse. Nous proposons de développer et soutenir la francophonie par l’enseignement de FLE (Français Langue Etrangère), la mise en place d’écoles d’été de FLE ou thématiques en se basant encore une fois sur nos compétences internes en recherche ou en pédagogie. Développer aussi la mobilité sortante « très courte » dans nos formations. Cela permettra à beaucoup de nos étudiants sur une plus large catégorie de formations, de pouvoir bénéficier d’une expérience internationale, de lever certains freins à la mobilité et de franchir le pas, donnant ainsi un goût à une mobilité plus longue. Travailler avec nos partenaires territoriaux pour mettre en place ce type de mobilité sera un de nos objectifs.

Soutenir, encourager, et accompagner toutes les initiatives pour la mise en place de partenariat de recherche internationaux en exploitant au mieux les outils mis en place par les organismes de recherches. Cela a été fait par le passé et nécessite un travail long de la part des collègues. Il est donc important, pour faire aboutir ce type d’initiative, que nos collègues puissent compter sur le soutien de leur établissement.

Poursuivre et augmenter l’effort de la mobilité entrante et sortante des chercheurs, la mobilité de nos doctorants. A partir d’un état des lieux de ces mobilités mises en place en 2013, nous rendrons plus efficaces ces dispositifs et chercherons à mieux identifier et cibler des projets stratégiques d’envergure en formation ou en recherche à soutenir.

42% des doctorants en France sont internationaux, ce qui en fait l’un des pays attirant le plus de doctorants internationaux. Notre université aujourd’hui, avec ses écoles doctorales morcelées, souffre d’un manque de doctorants par rapport à sa capacité d’encadrement doctoral. Il nous faudrait coordonner nos ED et les rendre plus attractives, plus agiles sur l’international en leur fléchant des dotations spécifiques, afin de leur permettre de créer des partenariats. Cela passe également par plus d’agilité dans le montage de co-tutelles internationales pour que les démarches administratives ne deviennent pas un frein pour les collègues. Il est important de soutenir aussi de manière stratégique et coordonnée la mise en place d’écoles d’été de recherche ou de bourses de mobilités entrantes au niveau Master pour alimenter nos laboratoires avec de futurs chercheurs.

La politique d’accueil des chercheurs doit être renforcée en utilisant les ressources offertes par le réseau Euraxess et ses centres de service afin d’entretenir une dynamique d’enrichissement mutuel au sein de nos unités de recherche et de nos formations.

Mener une réflexion en synergie entre la durabilité et la stratégie internationale en associant tous les acteurs en lien avec l’université sur les sujets du vivre ensemble et en nous rapprochant d’établissements étrangers qui sont depuis plusieurs années engagés dans ces domaines et bénéficier de leur expertise pour développer des projets conjoints.

Mener un travail de fond avec les partenaires locaux pour le logement universitaire, l’accueil des étudiants internationaux, l’organisation d’évènements qui puissent mettre en avant nos villes universitaires ou notre région. Cela passe aussi par le renforcement des guichets uniques dans nos sites et par la création d’une permanence d’accueil.

L’international requiert souvent des financements en amont mais également en aval pour pérenniser les projets. Cela peut se faire avec un meilleur travail avec les établissements d’enseignement supérieur de la grande région sur certains projets spécifiques pour mutualiser les forces et encourager les initiatives. Cela aiderait certains champs disciplinaires à acquérir la masse critique nécessaire pour voir réussir des projets et favoriserait la réponse à des AAP à l’international sous forme de consortiums d’établissements de la région donnant ainsi une plus forte crédibilité aux projets.

Animer une plateforme de nos Alumni et son ouverture à l’international pour créer une émulation et garder un contact permanent avec nos anciens diplômés, aider à l’insertion professionnelle, les associer à la vie de notre université, construire un vrai réseau avec l’ensemble des partenaires.